Google aime-t-il les standards ?

Finalement, j’ai la preuve de ce que j’avance depuis un certain temps déjà: ce qui compte le plus pour le référencement ce ce n’est pas les astuces utilisées pour faire croire aux moteurs que l’on est génial mais avant tout d’avoir un contenu de qualité, intéressant et novateur.

Preuve en est du site http://www.opquast.com , du projet mené par Elie Sloïm sur la qualité des sites web. Ce site respect bien sûr les standards W3C (XHTML et autres acronymes barbares) et depuis quelques jours se trouve crédité d’un PageRank 8.

Si vous voulez faire plaisir à Google suivez ces principes. De toute façon d’ici quelques temps vous n’aurez plus le choix de ne pas respecter les standards: votre site sera tout simplement refusé par les moteurs…

Sur ce, je vous souhaite une bonne lecture des pratiques qualité recommandées par http://www.opquast.com

Maxime

Une bonne et une mauvaise nouvelle

D’après Jakob Nielsen de http://www.useit.com , il y a maintenant plus de 100 millions de sites web avec une évolution actuelle de 25% par an.

Cela veut dire que d’ici 2010, il y aura plus de 200 millions de sites sur la toile.

Qu’est ce que cela signifie pour vous ? Selon votre point de vue deux choses opposées:

1- si vous êtes internaute, c’est une très bonne nouvelle. Plus il y a de sites sur Internet, plus vous avez de chance de trouver des sites qui répondent à vos questions ou vous procurent les sensations que vous recherchez (par exemple des sites de jeux comme http://www.ludosnack.com ).

2- si vous êtes webmaster, c’est une très mauvaise nouvelle. Plus il y a de sites sur Internet, plus vos concurrents sont présents en ligne et donc moins vous avez de chance de vous faire une place sur la toile.

Avec 100 millions de sites, est-il encore possible de se positionner sur les moteurs de recherche ? Tout dépend si vous savez ce que vous faites ou pas. Et par ces mots, je n’entends pas « êtes-vous au fait des dernières astuces colportées par je ne sais quel site », mais plutôt « avez-vous conscience de devoir proposer quelque chose de différent ? »

En 1995, n’importe qui pouvait être premier sur Yahoo avec la réquête voiture. Il suffisait de créer un site à ce sujet et comme vous étiez le seul, vous vous retrouviez catapulté en première place.

En 2006, si quelqu’un demande à un référenceur d’être premier sur Google sur le terme « voiture », j’espère que le référenceur est suffisament intelligent pour raccrocher immédiatement le téléphone.

D’ailleurs, l’élargissement d’Internet ne signifierait-il pas la mort des référenceurs ?

Qu’en pensez-vous ? J’attends vos commentaires…

A quoi cela sert-il ?

Il me semble que nombre de personnes se trompent de cible quand elles recherchent un référencement.

J’entends à longtemps de journée des demandes du style « je veux être en haut des résultats de Google » ou encore « je veux être sur la première page ».

Et ma réponse est invariablement « 1- ce n’est pas possible et 2- pourquoi voulez-vous être en haut des résultats ? ». Je passerai sur le fait que la question ne veut dire car ne précisant même pas les termes sur lesquels la personne veut de la réactivité.

En effet, tout le monde peut être en haut des moteurs, il suffit de choisir une requête totalement farfelue, et d’être le seul site à utiliser ce terme. Prenez par exemple la requête du concours « mangeur de cigogne »…

A quoi cela sert-il d’être en haut des résultats de Google ? A rien.

Google n’est qu’une source de trafic parmi tant d’autres.

Par ailleurs, le fait d’être en haut des pages de résultat n’est pas un critère, ce qui compte vraiment c’est le trafic et les visiteurs ciblés que cela génère.

La prochaine fois que vous faites votre référencement, pensez-y…

Maxime

Google est-il encore un moteur ?

Avec l’annonce mardi du rachat de dMarc Broadcasting Inc. par Google, je me demande sérieusement si Google a l’intention de rester une société qui propose des services de recherche sur Internet. En effet, dMarc Broadcasting Inc. a pour vocation de vendre de l’espace publicitaire sur des stations de radio…

Si on recoupe aussi le fait que Google achète depuis quelques semaines des pages de publicité dans des journaux et magazines afin de les revendre fragmentées à des annonceurs, si j’étais Time Warner ou un autre grand média, je serais très inquiet.