80 bonnes pratiques de référencement

No 80 - ceramic
Creative Commons License photo credit: kirstyhall

Après près de 6 mois de discussion, d’écriture et ré-écriture, Temesis dans le cadre de ses laboratoires Opquast, vient de sortir la première version de la liste des bonnes pratiques qualité pour le référencement.Ce référentiel comporte 80 critères documentés et couvre tous les éléments habituels concernant le SEO : navigation, liens, attributs alt, etc…

Cette liste n’est pas une liste de suggestions ou bonnes idées de plus. Derrière ces 80 critères se trouve un vrai travail de concertation et de réflexion pour répondre à des règles qui assurent la qualité du résultat :

  • Elles doivent être vérifiables par un utilisateur extérieur au site (ce qui valide leur valeur ajoutée directe pour les utilisateurs)
  • Elles doivent être valables sur le plan international pour tous les sites
  • Elles doivent être réalistes (il est possible de les mettre en oeuvre)
  • Elles doivent représenter une valeur ajoutée pour tout ou partie des utilisateurs de sites et éventuellement pour les administrateurs de sites
  • Elles doivent faire consensus.

Pour y parvenir, la participation d’intervenants et d’experts de mondes divers (référencement white et black hat, accessibilité, qualité pour ne citer que ceux-là)  a été nécessaire. Cette liste n’aurait pas la même portée si elle était juste le fruit de mes réflexions sur un coin de table.

Les bonnes pratiques référencement sont publiées sous licence Creative commons BY-SA et peuvent donc être ré-utilisées gratuitement dans vos oeuvres.

Vous pouvez utiliser cette liste pour contrôler le travail d’une agence de référencement ou effectuer les bases du travail par vous-même.

Un peu de démystification du monde secret du référencement ne peut pas faire de mal.

PS : l’annonce officielle est sur le blog Temesis

La certification de référenceur en péril

L’association SEO-Camp avance dans son projet de certification des référenceurs et rencontre un succès certain: en quelques jours toutes les places pour les premiers examens ont été reservées.

畢業典禮當天
Creative Commons License photo credit: 【J】

Fort de ce succès, un appel à questions a été lancé et les référenceurs (et le grand public) sont invités à soumettre des propositions de questions qui seront intégrées dans le corpus des 400 questions officielles.

Ce concept est intéressant et montre une approche communautaire, cependant les bonnes nouvelles s’arrêtent là. L’association a en effet pris une décision qui, à mon avis, met en péril tout le projet:

Les questions ne seront pas publiques.

Voici les raisons pour lesquelles il s’agit d’une erreur majeure et potentiellement fatale:

  • La qualité des questions ne peut pas être vérifiée de façon indépendante: si une question est mal formulée et est sujette à interprétation, certaines réponses seront fausses sans raison.
  • La neutralité des questions n’est pas assurée: rien ne garantit que les questions ne seront pas orientées vers une certaine approche du référencement. Par exemple, le jeu des questions peut favoriser un moteur plutôt qu’un autre ou encore des techniques white-hat plutôt que black-hat.
  • Il est impossible de se préparer à l’examen: les questions ne sont pas connues (au contraire du code de la route) et ne reposent pas sur des connaissances formelles (il n’y a pas de livre exhaustif regroupant ce qui est « bon » en référencement). Le résultat est que même en ayant plusieurs années d’expérience dans le domaine ou si l’on a lu plusieurs livres sur le sujet, savoir si on est à niveau ou pas est impossible.
  • Le domaine est sujet à interprétation: quelle est la réponse à la question « tous les combien de temps dois-je soumettre mon site ? » ou encore « en combien de temps les résultats sont-ils visibles ? »
  • Il est impossible d’évaluer le niveau des questions. Les auteurs ne sont pas eux-mêmes certifiés, comment peut-on vérifier que les questions sont du bon niveau ?

Je crois que cette certification est une bonne idée, mais manque de préparation. Il est impossible de certifié sur un sujet si on ne donne pas une base de connaissances (un livre, une formation …) ou si on ne permet pas d’apprendre les questions.

J’espère que l’association prendra conscience de son erreur et la corrigera avant les premiers examens. Dans le cas contraire, cette certification en plus d’être non officielle et non reconnue sera sans valeur.

Devenez référenceur certifié

Un des problèmes majeur rencontré par les référenceurs est d’expliquer au grand public ce qu’ils font. Certains se contentent d’un « je travaille dans l’informatique » et d’autres de « je mets les sites Internet en haut de Google ».

Un problème encore plus gênant est lors de la discussion avec un employeur potentiel. Comment lui expliquer votre valeur ? Comment lui démontrer que vous savez de quoi vous parlez ? Comment lui prouver que vous êtes le meilleur choix pour le poste ?

Continue reading