La langue française coûte cher en référencement

L’ambiguïté de certains mots de la langue française rend le travail de référencement difficile et les erreurs peuvent coûter très cher.

Lors d’une campagne CPC (genre Google Adwords), il est très tentant de faire confiance à l’outil de suggestion de mots clefs de Google et d’accepter tous les mots qu’il propose.

Cependant c’est une stratégie très coûteuse: les suggestions ne tiennent pas compte du contexte de votre site. Et il faut aussi bien admettre que la langue française joue aussi parfois des tours.

Voici quelques exemples de mots génériques qui ont des sens totalement différents. Si vous les utilisez, vous vous retrouvez donc à payer pour le trafic de personnes qui ne recherchent pas ce que vous proposez:

– vol (vol de voiture ou un vol Paris-Nice) – fer (le métal, un fer à repasser, un fer à cheval) – chemise (le vêtement, l’accessoire de classement)

N’oubliez donc jamais les règles de base du choix des mots clefs:

– qualifiez et précisez tout ce qui peut l’être – utilisez les possibilités de mots négatifs – évitez au maximum les termes génériques

Articles en relation :

Be Sociable, Share!

4 réponses sur “La langue française coûte cher en référencement”

  1. Madame, Monsieur, bonjour !
    Votre article est complètement abscon. S’il est une langue internationale qui sert de relais à toutes les langues du monde, c’est bien le français. La subtilité et la largeur sémantique du français est incomparable. La Preuve ? Lors de chaque traité international d’importance, une copie en langue française est réalisée aux fins de permettre aux protagonistes de s’y référer en cas de litige.
    Grâce à leur ancienne puissance économique, les anglo saxons ont réussi a promouvoir un dialecte dérivé du français : l’anglais. Depuis que ce charabia a pris le dessus à la cour d’Angleterre, le monde tourne moins rond et l’incomprehension entre les peuples s’est accrue.
    chayR abou riyaD
    membre de la Société des Gens de Lettres De France.

  2. Ce genre de problème doit être le même dans les autres langues. Par contre nous n’avons pas le problème des déclinaisons… je n’ai pas utilisé adwords en allemand ni en russe mais j’imagine que s’il faut acheter toutes les flexions d’un mot ça en fait quand même un bon paquet en plus que pour un simple mot en français !

    A lire sur le blog de Dievochka: Photos d’Italie

  3. Bonjour.

    Quel est l’intérêt de vouloir se positionner sur des termes généralistes tels que vol ou fer ?
    Si l’on s’intéresse de plus près à la longue traine (Long Tail), on sait que 80% du trafic provient des requêtes à plus de 2 mots (près de 4% pour des requêtes à plus de 8 mots).
    Donc économie d’argent, et trafic qualifié.
    Donc Maxime, je te rejoins sur « évitez au maximum les termes génériques ».
    J’aime toutefois la langue française pour sa complexité et les challenges qu’elle procure en matière de référencement (encore heureux que tu n’as pas parlé des caractères accentués 😉 ).

    Arkantos

    A lire sur le blog de Formation Référencement: Twitter au coeur d’une expérience scientifique

  4. Bonjour,
    Quoique votre aticle soit trop court et pas assez argumenté à mon goût, il relève bien la difficulté de bien se positionner sur google.. Par ailleurs, et là, je vous rejoins compètement, les contraintes de la langue française sont bien mises en relief avec des mots comme « gite rural » et « gîte rural » : si vous faites une recherche sur ces mots-clés, google réagit de manière différente : dans un cas, vous avez des suggestions géolocalisées (après le 4° ou 5° résultat), dans l’autre non…

Les commentaires sont fermés.