Pourquoi envoyez-vous des emails ?

SIGH
Creative Commons License photo credit: marc falardeau

A quoi servent les emails ?

Non, le but d’un email n’est pas d’être ouvert.

Non, le but d’un email n’est pas d’être lu.

Le seul but d’un email est d’obtenir une réponse.

Que cette réponse soit un appel téléphonique, un autre email, le téléchargement d’un fichier, l’inscription sur un site, l’achat d’une voiture ou la vente d’une pendule antique importe peu. Même un soupir de soulagement (« ouf, ma commande a été reçue ») est une réponse.

Quand vous envoyez un email, faites-vous le nécessaire pour engendrer la réponse que vous souhaitez ?

Vendre en ligne, ce n’est que du bonheur


Creative Commons License photo credit: dno1967b

La joie de finir son business plan

La joie d’avoir son dossier accepté à la banque

La joie de recevoir son extrait K-Bis

La joie d’acheter le nom de domaine

La joie de voir le site en ligne

La joie de passer la première commande auprès du fournisseur

La joie de recevoir le premier visiteur sur le site

La joie du premier email d’un prospect

La joie de la première commande

Vendre en ligne, ce n’est que du bonheur

Un email, une vente; sept emails, sept ventes

Bar graph chart
Creative Commons License photo credit: RambergMediaImages

Se construire une liste de clients et de prospects est une des meilleures façons pour faire des ventes.

La première fois que vous ferez un envoi à votre liste, sous réserve qu’elle soit qualifiée, vous serez surpris des résultats: les ventes tombent, presque sans rien faire.

Vous enverrez donc un deuxième message, quelques temps plus tard, avec des résultats similaires.

La tentation est donc grande d’augmenter la fréquence d’envoi. Après tout, si un envoi de newsletter par quinzaine génère toujours 10000 euros, soit 20000 euros par mois, un envoi par semaine permettra de passer à 40000 euros par mois et deux envois par semaines feront 80000 euros.

Pas mal, pour un travail de quelques heures de rédaction.

La réalité est autre: la fréquence ne peut pas être augmentée si facilement: plus la fréquence est élevée, plus vos destinataires vont se lasser de vos messages et plus ils vont les considérer comme du spam.

Avoir une fréquence trop élevée ne donne pas plus de résultats, au contraire, vous mettez en péril votre activité.

Pour voir le futur, regardez le passé

IMG_6131b
Creative Commons License photo credit: MelvinSchlubman

Internet est récent. Il a moins de 20 ans d’existence.

Il se cherche encore et pourtant il a déjà révolutionné ou modifié fortement de nombreuses choses: la lettre (l’email), le téléphone (Skype et la VOIP), la musique (iTunes), la radio (Deezer), la télévision (YouTube), l’édition (Lulu et Amazon), la publicité (le web), …

Aucune autre technologie n’a fait autant en si peu de temps.

Devant cette avancée très rapide, il est normal d’avoir peur. Et quand on a peur on fait quoi ? On se raccroche à ce que l’on connaît d’immuable, ce que l’on a toujours utilisé.

C’est pour cela que l’on préfère passer un coup de fil plutôt qu’envoyer un email, c’est aussi pour cela qu’on préfère aller dans un magasin qu’acheter en ligne.

Plus Internet ira vite, plus les gens voudront revenir aux valeurs sures.

Y-êtes-vous préparé ?

Pas le premier soir

Sunday morning in Piazza del Popolo, Nov 2009 - 66
Creative Commons License photo credit: Ed Yourdon

Imaginez avoir un premier rendez-vous.

Imaginez l’anxiété d’être prêt, d’être bien habillé, d’être à l’heure.

Imaginez le stress de savoir quoi dire, de présenter la bonne image, d’avoir de la répartie mais pas trop.

Imaginez le trouble de voir la personne arriver, de lui dire bonjour, de commencer la discussion.

C’est le premier rendez-vous, c’est le premier soir. Vous avez des limites et vous ne les dépasserez pas.

Sur un site que vous ne connaissez pas c’est la même chose: lors de votre première visite, il y a des choses que vous ne ferez pas:

  • répondrez-vous à un sondage anonyme ?
  • téléchargerez-vous un fichier ?
  • vous inscrirez-vous ?
  • laisserez-vous un commentaire ?
  • passerez-vous commande ?
  • donnerez-vous votre numéro de carte de crédit ?

Jusqu’où allez-vous le premier soir ?

Je ne suis pas un spammeur, je vous jure

Parfois à trop essayer de se défendre et de se justifier, on donne le bâton pour se faire battre.

C’est le cas par exemple de la société Imaplus, une société d’emailing. Quand on va sur son site on arrive sur une pleine page qui nous dit « Imaplus n’est pas un spammeur » comme on le voit sur cette photo.

Continue reading