Le gratuit coûte cher

40+89  Gum on my shoe
Creative Commons License photo credit: bark

Trois avancées majeures de ces 20 dernières années vous donnent nettement plus de possibilités:

  • l’informatique
  • la communication (et Internet en particulier)
  • la mondialisation

Vous pouvez maintenant commander des tee-shirts directement à l’usine au Vietnam pour un euro pièce, vous pouvez acheter des housses de protection en Malaysie pour quelques centimes, vous pouvez recevoir des boules de Noël depuis la Chine pour  cinquante centimes.

Vous pouvez aussi faire reproduire un CD avec boite et livret pour un ou deux euros, faire de même avec un DVD pour deux ou trois euros et faire imprimer un livre de 300 pages pour 4 euros.

La production en coûte plus rien.

Vous pouvez donc écrire un livre et le vendre vous-même, tourner un film et le vendre vous-même, concevoir un produit et le vendre.

Et garder 95% du prix de vente.

Si vous raisonnez comme cela, vous faites une grave erreur: le plus coûteux n’est pas la production, mais la création et la vente.avant de le vendre.

Oui, vous pouvez faire tout cela. Vous pouvez faire le référencement, vous pouvez faire la logistique, vous pouvez faire la comptabilité, vous pouvez envoyer des communiqués de presse, …mais pendant que vous le faites, vous n’êtes pas en train de créer votre prochain produit.

Et cela vous coûte cher au long terme.

Ce n’est pas parce que vous le faites que c’est gratuit.

Articles en relation :

Be Sociable, Share!

11 thoughts on “Le gratuit coûte cher

  1. Amen !

    Si les entrepreneurs débutants sur Internet calculaient leur ROI en incluant la totalité du temps passé à faire des choses (mêmes gratuites), je pense que beaucoup se rendraient compte de la rentabilité douteuse de leur entreprise.

    Amicalement,
    Dushan

  2. Bonjour Maxime,

    C’est juste une posture ideologique, n’est-ce pas? =D

    Ainsi pour etre entrepreneur, il suffirait de sortir son chequier. La R&D, bref la creation serait le coeur de l’entreprise, tout le reste pouvant (DEVANT!!!) etre externalise en Asie si possible; le plus loin etant le mieux…

    Oui, sauf que le facteur cout de la R&D en Asie est encore plus favorable que celui de la production dans un rapport de 1:1.3. C’est ainsi que depuis quelques annees, toutes les grandes entreprises delocalisent la Recherche. C’est vrai aux Etats-Unis, c’est vrai en Europe, c’est meme vrai dans des pays comme le Mexique.

    Alors allons-y, externalisons, la recherche, la production, meme la vente (Internet) et tous le reste de nos emplois mais au bout du compte, a quoi ca sert de faire fabriquer des objets que plus personne en Europe n’aura encore les moyens d’acheter? Car l’argent ne pousse pas encore dans les pommiers de Normandie, ni dans nos vignobles du Bordelais ou de Champagne. Pas plus que sur les orangeraies espagnoles ou sur les oliviers grecs mais ca, on le savait deja.

    Pour Dushan, ce qui caracterise les petits entrepreneurs (et plus particulierement ceux du Net), c’est le manque de capital. Alors meme quand c’est pas cher, c’est toujours trop cher. La valeur d’une heure de travail d’un pauvre dans une societe ou le taux de chomage effectif approche les 15% ou les 20% qui bosse le soir ou le weekend sur son projet, ca vaut 0 EUR. Deja, a la base, il n’est jamais certain de pouvoir terminer le mois.

    Alors bien entendu, c’est sympa d’externaliser et de faire faire le job par des pros pour pas cher mais il faut d’abord en avoir les moyens financiers, il faut etre certain de la reussite de son projet (attention aux grosses desillusions) et il faut en outre avoir l’audace de s’asseoir sur son esprit citoyen et sur l’esprit de notre solidarite republicaine.

    Entre depenser du temps ou de l’argent, le pauvre aura vite fait de choisir et il me semble bien plus intelligent de depenser la ressource dont on dispose le plus plutot que de depenser la ressource qui fait le plus defaut.

    Quant au riche, il n’a point besoin d’un article pour savoir comment exploiter au mieux les misereux.

    @++

    Harold

  3. @Harold Non ce n’est pas idéologique, c’est une piqûre de rappel pour ceux qui croient que l’on peut tout faire soi-même. Rien ne vous empêche de faire votre pain plutôt que de l’acheter, après tout c’est juste de la farine et un peu de levure, pourtant est-ce le meilleur choix ? Il en est de même pour réparer votre voiture ou consrtuire un meuble à partir de bois brut.
    Donc oui, on peut faire soi-même, mais il faut prendre en compte le temps passé sur la tâche (et le temps nécessaire pour se former) et ne pas croire que quand on le fait soi-même, on marge nettement plus que si on faisait autrement.

  4. @ Maxime

    Je titillais pour faire ma petite pub antimondialiste habituelle, ceci dit je trouve que ton exemple du pain est beaucoup plus parlant et souligne mieux le fait que pour chaque action il faut faire un trade-off entre ce que ca coute de le faire soi-meme ou de le faire faire.

    A propos de pain, je viens de me lancer dans la production de champignons de paris pour ma consommation personnelle. Ca m’a pris 10 minutes et ca ne m’a rien coute. D’ici une bonne dizaine de jours, j’aurai mes petits champignons sans meme devoir me deplacer au magasin. Je pense faire la meme chose pour les endives car malheureusement, je n’en trouve pas ici.

    Enfin, en esperant que ca pousse naturellement… =D

    @++

    Harold

  5. Heureusement que tout le monde ne raisonne pas comme Maxime…
    Peut-être qu’il n’a lui même jamais fait d’ebook, qu’il n’a jamais mis en ligne de site web, de forum, fait son référencement etc… ben oui il ne pourrait pas tout faire!

    C’est hallucinant, les pauvres doivent rester une caste bien délimité et les riches aussi… ben oui on peut pas évoluer, apprendre, ou être autodidacte! A quoi bon créer internet puisqu’il faudrait « inventer » et faire les choses soit même puisqu’il y a le minitel… Ben oui personne n’a du « perdre du temps » à rechercher, imaginer et créer les choses que l’on utilise tous les jours! Et puis à quoi bon penser puisque d’autres le font pour nous!!

    Bref un billet comme les autres…

  6. @Michel le souci n’est pas le temps passé mais de croire que ce temps ne coûte rien. Si j’écris un ebook, je sais ce que j’espère en retirer, combien cela vaut et donc combien de temps je peux y passer.

  7. Dans la vie « réelle », en général un artisan commence à bosser seul, à ne pas compter ses heures, à travailler le soir et les week-ends.
    Par la suite, quand il commence à avoir une affaire qui roule, il peut commencer à embaucher et à sous-traiter certains services.
    En faisant ça, il a un avantage: il sait en quoi consiste le boulot lorsqu’il demande à quelqu’un de travailler pour lui. Il peut donc en évaluer correctement le coût, avoir des exigences précises et éventuellement ne pas se faire avoir.
    Ceux qui commencent en sous-traitant et en embauchant à tort et à travers ne vont en général pas bien loin.
    Ceux qui embauchent quand c’est le moment et ne sous-traitent pas en aveugle peuvent effectivement se consacrer à bosser sur ce qui est le plus rentable. Et en général, il connaissent le succès.
    Il y a une petite chance pour que dans le monde virtuel ça soit parfois un peu pareil …

  8. Ce qui est important de souligner également, c’est que comme tu le dis si bien, TOUT le monde peut le faire, ainsi la concurrence est férocement accrue, notamment dans les domaines du web !

  9. Forcement le temps à un couts qu’il ne faut pas oublier, de plus ont ne peut pas tout soit même car ça revient à apprendre plusieurs métier.