80 bonnes pratiques de référencement

No 80 - ceramic
Creative Commons License photo credit: kirstyhall

Après près de 6 mois de discussion, d’écriture et ré-écriture, Temesis dans le cadre de ses laboratoires Opquast, vient de sortir la première version de la liste des bonnes pratiques qualité pour le référencement.Ce référentiel comporte 80 critères documentés et couvre tous les éléments habituels concernant le SEO : navigation, liens, attributs alt, etc…

Cette liste n’est pas une liste de suggestions ou bonnes idées de plus. Derrière ces 80 critères se trouve un vrai travail de concertation et de réflexion pour répondre à des règles qui assurent la qualité du résultat :

  • Elles doivent être vérifiables par un utilisateur extérieur au site (ce qui valide leur valeur ajoutée directe pour les utilisateurs)
  • Elles doivent être valables sur le plan international pour tous les sites
  • Elles doivent être réalistes (il est possible de les mettre en oeuvre)
  • Elles doivent représenter une valeur ajoutée pour tout ou partie des utilisateurs de sites et éventuellement pour les administrateurs de sites
  • Elles doivent faire consensus.

Pour y parvenir, la participation d’intervenants et d’experts de mondes divers (référencement white et black hat, accessibilité, qualité pour ne citer que ceux-là)  a été nécessaire. Cette liste n’aurait pas la même portée si elle était juste le fruit de mes réflexions sur un coin de table.

Les bonnes pratiques référencement sont publiées sous licence Creative commons BY-SA et peuvent donc être ré-utilisées gratuitement dans vos oeuvres.

Vous pouvez utiliser cette liste pour contrôler le travail d’une agence de référencement ou effectuer les bases du travail par vous-même.

Un peu de démystification du monde secret du référencement ne peut pas faire de mal.

PS : l’annonce officielle est sur le blog Temesis

Avez-vous peur de découvrir la réalité au sujet de votre site ?

inspecteur

Un site web est en constante évolution. Il n’est jamais terminé et on peut toujours l’améliorer.

Par contre pour le faire évoluer dans la bonne direction, il est nécessaire de savoir ce qui ne va pas et pour cela, celui qui est en charge du site (que ce soit le développeur, le chef de projet, le marketeur ou tout simplement vous tout seul sur la table de la cuisine) est rarement la personne la mieux placée : elle n’a pas le recul nécessaire.

C’est pour cela que je suis content que Temesis, chez qui je travaille, vienne de sortir une nouvelle version de la plateforme Opquast Reporting qui intègre désormais un inspecteur.

Cet outil va visiter votre site et vous renvoyer un nombre formidable d’éléments sur chaque page.

Quelques exemples d’application:

  • obtenir la liste des pages qui utilisent une même image (utile si vous changez un logo ou de collègue)
  • afficher la liste des liens, où ils se trouvent et le texte de l’ancre utilisée pour chaque (si le référencement vous intéresse, vous savez quoi faire de cette fonction)
  • avoir la liste de toutes les images avec leurs détails techniques (identifiez ce qui est optimisable)
  • récupérer les résultats de validation W3C de chaque page (un code correct est la base de tout)

La liste des possibilités est immense et je n’ai pas la place ici pour en faire le tour, mais je vous invite fortement à aller créer un compte sur http://reporting.opquast.com et à utiliser l’outil.

La création d’un compte est gratuite, ce serait dommage de ne pas en profiter.

Innovation utile ou perte de temps ?

Google vient d’annoncer un nouveau format d’images: WebP. L’idée est d’atteindre un taux de compression supérieur à JPEG ou PNG tout en gardant une qualité acceptable visuellement.

Quelques exemples sur http://code.google.com/speed/webp/gallery.html prouvent que cela marche (même si je trouve les images compressés en WebP un peu plus palotes que les originales).

Actuellement WebP n’est supporté par rien, mais il sera lu par Chrome dans les semaines qui viennent.

Suis-je le seul à penser qu’à cette époque de fibre optique et de lignes ADSL hautes vitesses, personne ne va s’embêter avec un nouveau format pour gagner 10% ? Le standard est plus important que le gain.

Si j’utilise WebP et que ce format n’est compris que par Chrome, 98% des visiteurs de mon site ne vont pas voir les images. La solution est d’afficher un format alternatif en fonction du navigateur. C’est beaucoup de travail pour un gain très faible…

C’est le même souci avec ZIP qui reste le standard en compression alors qu’il existe depuis plusieurs années de nombreux algorithmes de meilleure qualité (7z, rar, …). Si je fais un ficher 7z, cela reste à usage personnel.

Un nouveau format d’images plus performant est une bonne chose en soit, mais il arrive probablement quelques années trop tard.

Jeu de rôle (ou pas)

nessuno.
Creative Commons License photo credit: Cane Rosso

Imaginez que demain Google ne vous envoie plus de trafic.

Imaginez que les autres moteurs et annuaires non plus.

Vous n’avez plus de nouveau trafic et ne pouvez compter que sur votre base client actuelle.

Comment allez-vous faire pour survivre ?

Comment allez-vous traiter vos clients actuels pour qu’ils ne vous quittent pas ? Quelles garanties allez-vous apporter ? Quelle qualité de service allez-vous fournir ? Quel niveau de suivi allez-vous mettre en place ?

Quels produits allez-vous créer qui vont vous aider dans cette tâche ? Un système d’abonnement annuel ? Une nouvelle gamme complémentaire ?

Quels moyens de promotion allez-vous mettre en oeuvre ? Une newsletter ? Un blog ? Une page d’offres spéciales ?

Pourquoi ne faites-vous pas tout cela dès aujourd’hui ?

N’écrivez pas cet article

Maiatzak 11 denak
Creative Commons License photo credit: egizu

Quand on tient un blog il est tentant de poster le plus possible. Après tout, on nous rabâche le fait qu’il faut mettre souvent de nouveaux articles et que plus on en aura, plus on aura de trafic.

En théorie ce n’est pas faux, en pratique poster plus peut causer l’effet inverse à celui recherché.

Un article court sera moins poussé, moins approfondi qu’une étude de plusieurs centaines de pages. Un article écrit « parce qu’il en faut un aujourd’hui » n’apportera probablement rien de nouveau.

Il sera donc moins utile pour vos lecteurs.

Et de façon plus vitale, il sera aussi moins utile pour vous: vous ne faites pas ressortir l’expertise qui est la vôtre. Vous diluez votre marque.Vous réduisez la puissance de vos compétences.

Un article de qualité moyenne n’apporte rien à Internet. Il n’a donc rien à faire en ligne.

C’est moi qui ai la plus grosse

En cette ère de web 2.0, de médias sociaux et de discussions tous azimuts avec la moitié de la population renommée en « amis », un nouveau jeu a fait son apparition il y a quelques semaines de cela sur Twitter.


Creative Commons License photo credit: milena mihaylova

Le jeu consiste à faire grossir rapidement sa liste de « followers » (les gens qui vous lisent). Il n’y a rien d’illégal ni aucune tromperie dans l’approche (au contraire de certaines méthodes qui promettent des milliers de followers en quelques jours). Il s’agit simplement de suivre 3 étapes:

  1. Suivre une personne (choisie manuellement ou de façon automatique)
  2. Attendre 3 jours pour voir si cette personne vous suit en retour
  3. Arrêter de suivre la personne et espérer qu’elle continue de vous suivre

Pourquoi ça marche ? Simplement parce que certains utilisateurs de Twitter suivent de façon automatique toute personne qui s’intéresse à eux. Et cela marche aussi parce que la plupart des utilisateurs n’arrêtent pas de suivre quelqu’un qu’ils décident à un moment de suivre.

Est-ce utile ? Si vous voulez la plus grosse (liste), oui. Si vous voulez avoir des followers qui s’intéressent à vous, probablement pas. La qualité est toujours un meilleur choix que la quantité.

L’international est plus loin qu’il n’y paraît

Internet est global. C’est d’ailleurs ce qui fait sa force essentielle. Il est très facile en créant un site Web de s’adresser immédiatement à la planète entière.

La plupart des sociétés à la recherche d’une solution pour vendre plus décident de se lancer à l’international. Après tout, au niveau du site Internet cela ne change pas grand chose, l’opportunité est donc simple à concrétiser.

Malheureusement c’est généralement une erreur. Se lancer à l’international demande plus qu’une simple traduction de quelques pages du site.

Continue reading

Pourquoi ces sites et pas d’autres ?

Si vous surfez un peu sur Internet, vous visitez probablement plusieurs dizaines de sites par jours.

Tous les jours vous en découvrez de nouveaux. Certains sont recommandés par des amis, d’autres annoncés par les médias, d’autres encore découverts sur des annuaires et certains suggérés par d’autres sites.

Réfléchissez à ces 150 ou 200 sites que vous avez visités cette semaine. De combien vous souvenez-vous ? Pourquoi ceux-là et pas les autres ?

La réponse est probablement l’une de ces possibilités:

Continue reading

Votre site vous représente-t-il ?

J’ai reçu ce matin un email de l’agence de recrutement Hureca. Cette agence a la particularité d’étre spécialisée dans les domaines informatique et Internet.

Malheureusement, bien qu’étant actuellement à la recherche de personnes de qualité pour grossir l’équipe, j’ai du rejeter leur proposition. La raison: leur site est trop loin des standards actuels. Quelques erreurs sur ce site:

Continue reading