Ma maman me disait

balaclava
Creative Commons License photo credit: woollypunk

Ma maman me l’a répété pendant de nombreuses années « Ne parle pas aux inconnus ». Que voilà un conseil vital et toujours d’actualité.

Pourtant, pourquoi sur Internet parle-t-on à des inconnus ? Pourquoi fait-on confiance à des anonymes ?

A chaque fois que je suis sur un nouveau site, avant de passer commande, je me rappelle les propos de ma maman et je ne commande pas s’il n’y a pas de mentions légales ni de page contact.

A chaque fois que je lis un blog, avant de croire ce qui est écrit, je me rappelle les propos de ma maman et je me méfie d’un anonyme qui n’ose pas signer de son nom, ni dire qui il est.

A chaque fois que je reçois une demande de mise en relation sur Facebook ou ailleurs, je visite le profil de  cette personne et si je ne la connais pas, ou s’il est vide, je me rappelle les propos de ma maman.

Ma maman avait raison et elle a toujours raison: il ne faut pas parler aux inconnus.

Articles en relation :

Be Sociable, Share!

11 réponses sur “Ma maman me disait”

  1. C’est la tout l’intérêt du web, dépasser les frontières, casser les barrières sociales, même si l’on peut assister à des dérapages.

  2. Encore une fois Maxime, combien nous nous ressemblons.
    Je viens de créer sur Viadeo un groupe (ils disent un hub !) pour présenter mon jeu relationnel POLEMIOS et je propose aux internautes de télécharger le manuel du jeu en attendant qu’il soit édité.
    Les gens qui viennent sont toujours bien reçus si je peux voir à quoi ils ressemblent et leur profil de vie. Si l’e-mail est un pseudo et que je ne vois rien sur le Net, j’envoie un message leur demandant de se décrire et de s’inscrire à la communauté Relatio, là où ils devront donner leurs vrais noms et prénoms, leur numéro de téléphone…
    On dit que le web est un espace de liberté, oui, certes, c’est bien, mais ce n’est pas une raison pour y fréquenter des gens qui se cachent. Un pseudo, oui (j’en suis un moi-même), mais que l’on puisse quand même savoir de qui il s’agit.
    Il faudrait qu’il existe sur Internet une frontière entre deux types de sites et de lieux : ceux qui viennent pour travailler et communiquer dans une réelle franchise à visage découvert, et ceux qui viennent pour foutre le bordel et qui ne travaillent que derrière des adresses mails bidons. Que les frontières soient abattues entre des gens différents, je suis pour, bien sûr, et c’est l’avantage d’Internet, mais à condition que l’on puisse communiquera avec des gens qui partagent les même intérêt, les mêmes opinions, les mêmes options de vie que nous.

  3. Concernant les demandes d’amis sur Facebook, je te rejoins totalement. Il y a quelques temps j’ai eu une demande d’amitié de la part d’un inconnu ayant un playmobil pour toute photo.. Cela va sans dire que je n’ai pas accepté 😉

  4. Les amis se comptent sur les doigts d’une main… Le réseau social FaceBook ? Rien à voir… Pour ma part j’ai rencontré un avocat d’affaire très sympathique grâce à FB, anyway c’est pour le business et le voyeurisme qui nous font finalement vivre 🙂
    @Marie Le playmobile c’était moi (non c’est pas vrai, je sors)

  5. Autant sur FB, je n’accorde l’accès qu’à des personnes que je connais physiquement. Autant sur Twitter ou sur d’autres réseaux sociaux, ma marge d’acceptation est bien plus grande et est dépendante de la qualité des posts/twits que je survole avant de follower…

    Quant à l’achat sur site web, en plus du numéro de téléphone et des CGV, je vérifie toujours sur notre ami google que l’e-shop est sérieux (je tape nomdusite + escroc ou scam)… Avec cette méthode, je n’ai jamais eu d’ennuis!

  6. Le pire dan se que tu dit se sont les gens qui commande sur n’importe quelle site sans prendre des informations avant, avant ont se plaignais que les gens n était pas en confiance mais là je trouve que ça par en sucette.

  7. Exactement, sur les sites d’achat/vente, les apparences peuvent parfois s’avérer trompeuses et le site-vendeur peut avoir l’air très sérieux, mais l’habit ne fait pas le moine. heureusement, grâce à notre culture web, nous on est des utilsateurs avertit, on va pouvoir user de mentions légales, de whois, de google etc. pour s’assurer qu’on achète sans se faire avoir, mais ce n’est pas donné à tout le monde.

  8. Quant à Facebook, qui parle d’inconnus? Dans mon cas, je choisi avec précaution mes amis et mon niveau de confidentialité est très élevé… il suffit de l’utiliser intelligemment.

  9. Faire attention est primordial en effet sur la toile, mais le paradoxe est qu’internet est aussi un formidable outil pour communiquer avec le plus grand nombre… donc des inconnus.
    En substance, d’un point de vue référencement, plus l’information est claire, complète, transparente est mieux c’est… N’est-ce pas ce que Google veut (à juste titre) ?

Les commentaires sont fermés.