Gratuit et sans engagement

L'Aare, Jean, n'a pas d'eau d'heure.
Creative Commons License photo credit: 1suisse

Sur Internet tout est gratuit, ou du moins c’est ce qu’on peut lire un peu partout. Il est donc logique que vous proposiez des choses gratuites vous aussi. Après tout, si vos concurrents le font, vous n’avez pas le choix.

Vous faites fausse route.

Ce n’est pas en copiant les idées de vos concurrents que vous réussirez et il n’est pas non plus prouvé que cette stratégie soit intéressante pour eux.

Le gratuit a un souci majeur: il ne demande aucun engagement de la part de la personne qui en profite.

Organisez un séminaire gratuit et vous aurez probablement plusieurz dizaines ou centaines d’inscriptions, mais combien viendront vraiment ? Après tout, ils n’ont rien payé, donc pourquoi se déplaceraient-ils ?

Proposez un ebook gratuit et vous aurez plusieurs centaines ou milliers de téléchargements, mais combien le liront vraiment ? Il est probable qu’il reste simplement sur le disque dur de beaucoup de personnes.

Gratuit est un concept. Gratuit est une stratégie. Mais est-ce rentable ? A ma connaissance donner quelque chose n’a jamais aidé à payer une facture.

Articles en relation :

Be Sociable, Share!

18 réponses sur “Gratuit et sans engagement”

  1. Le pb est mal posé, on appel gratuit ce qu’y ne l’ai pas !
    Il n’y a plus spécialement de « gratuit pour gratuit » sur le web désormais…
    Il y a toujours un objectif derrière (où alors ceux qui donnent pour donner sont bien cons !)
    Quel que soit le « truc » offert on à toujours affaire à une pub/formulaire/fidélisation/et+siaffinité qui rémunère d’une certaine manière le « généreux » donneur de « gratuit de façade » !

  2. D’après mes expériences,

    l’utilisation du concept,

    ou de la stratégie « GRATUIT »

    est rentable.

    En fait, c’est une attrape,

    c’est-à-dire c’est pour gagner

    la confiance des visiteurs.

    Et, cette confiance est un point

    primordial sur le net.

    Quand un visiteur a la confiance,

    on pourra le proposer plusieurs produits.

    Et, c’est rentable à long terme.

  3. Pour ce qui est de donner un ebook gratuitement on sait bien que ce qui interesse celui qui le donne c’est l’email de la personne qui va le telecharger pour constituer la fameuse liste de diffusion car c’est bien connu l’argent est dans la liste ! On est d’accord pour dire que cette stratégie fonctionne non ? Bon maintenant à l’heure actuelle je pense que plus personne n’est dupe. On sait qu’en donnant son email on va etre sollicité de facon reguliere pour acheter quelque chose. Est ce que la encore ca marche ? En tout cas c’est que pretendent certains gourous du net quand ils veulent vous vendre une methode qui marche pour gagner de l’argent sur internet. Ce que vous ecrivez Maxime est toujours interessant mais j’ai souvent l’impression que vous ne creusez pas completement votre sujet. Est ce volontaire ? Car si effectivement donner quelque chose n’a jamais aidé à payer une facture la question est de savoir si ce que l’on a obtenu en echange va nous le permettre ?

  4. La vague du gratuit est selon moi en train de s’essouffler. Alors que les dernières années, tout le monde s’offusquait de devoir payer pour tel ou tel service, les mentalités ont clairement changé aujourd’hui. Les consommateurs deviennent de plus en plus consommateurs de produits sur Internet. Les chiffres de l’ecommerce le prouvent! Toutefois, il existe encore des secteurs comme la musique où encore 95% des utlisateurs préfèrent dérober la musique. De notre côté (vente de cartes de voeu en ligne), nous avons opté pour le tout payant car nous travaillons sur la qualité et nous voulons livré des produits exceptionnels. Voilà pour ma petite opinon…

  5. Le gratuit utilisé intelligemment peut rapporter de l’argent, cela peut être un produit d’appel, qui n’a jamais été contacté par une société qui vous disais que vous aviez gagnez un lot à venir retirer en boutique?
    Le client se déplace, une fois dans la boutique il peut devenir acheteur

  6. @séjour EPS
    Je confirme que le gratuit appâte le client. En effet, je me suis fait avoir mais j’ai finalement annulé ma commande.
    Le gratuit m’a attiré mais ça ne s’est pas transformé en vente.
    Ca confirme en partie ce que dit Maxime en ce qui concerne les limites du gratuit.
    Pour info, il s’agissait d’un canapé dont je n’avais absolument pas besoin mais combien se font avoir ?
    http://adonfff.blogspot.com/2007/04/achete-moi-un-canape.html

  7. Dans la stratégie de donner toujours plus au client qu’il ne commande, il faut bien passer par le stade du gratuit pour enclencher la relation vendeur – ‘futur client’.

    Il s’agit donc d’un stade important qui permettra par la suite de créer une relation de confiance qui demeure la clé de voûte d’une relation commerciale réussie.

    Dans ce cadre là, le gratuit prend tout son sens.

  8. Intéressant comme point de vue… Tout dépends le contexte bien entendu mais le gratuit a également le pouvoir de mettre l’eau à la bouche du curieux et de transformer plus facilement le prospect en client !

  9. En effet, le tout gratuit est un mythe car jamais rien n’est gratuit : il y a toujours quelqu’un qui paie. Et celui qui offre le fait presque toujours avec une idée précise : se faire des relations et gagner plus en travaillant moins (?). Et ça marche ?
    C’est d’ailleurs ce que je fais depuis hier : j’offre le manuel d’un jeu relationnel appelé POLEMIOS (ou comment faire changer d’avis les autres sans jamais leur donner tort), fort utile au demeurant pour les parents, les enseignants, les thérapeutes, les commerciaux et autres managers… Ce que j’attends en retour : qu’ils s’inscrivent sur la plateforme de ma communauté, la communauté Relatio, et qu’ils s’intéressent au jeu, qu’ils l’achètent (dès qu’il sortira fin janvier) et qu’ils le vendent à leur tour. C’est un procédé en fait honête quand il est clairement annoncé.
    Cela répond à un mécanisme bien connu depuis toujours : pour obtenir quelque chose il faut commencer par donner. On créé ainsi un sentiment de dette que l’autre se doit de compenser en faisant une offre à son tour. Un des premiers ethnologue (Marcel Mauss) a étudié ce phénomène dans les civilisations dites primitives : le don. Il a montré aussi que les populations qui suivaient cette coutume , finissaient par se ruiner.
    En fait c’est un processus en deux temps : d’abord j’offre, puis j’attends une réponse plus ou moins payante. cela a été étudiée par des spécialistes de la :anipulation et cela s’appelle : la technique du pied dans la porte.
    M

  10. Le gratuit en permanence n’est pas viable mais ont peut faire les deux sans problème, fournir un service gratuit moindre que le payant, si un jour le prospect gratuit veut mieux il passeras par le payant, suffit juste de garder un contact avec lui.

  11. Oui exactement sebansky, c’est généralement ce qui permet de faire plus de vente. Les visiteurs aiment visiter avant d’acheter…

  12. oui Perso je pense que le gratuit n’est pas rentable du tout comment peut on gagner de l’argent en donnant gratuitement ?

  13. Dans la sphère économique, dans une relation avec un client potentiel, rien n’est gratuit. L’offre « gratuite » n’est que le début d’un processus pour vendre, à moment donné, un bien ou service.

  14. A partir du moment où il y a un cout à la base, infrastructure et production dans le cas du net, le gratuit n’existe que pour mener à la case cb. Ceux qui lache du gratuit en masse se tirent à terme une balle dans le pied.

  15. Le porno aussi passe pour « gratuit » et pourtant, aux vues du nombre de pub que l’on prend en pop up and co, l’incitation à l’achat est flagrante. La stratégie du gratuit est quantitative et permet de générer une masse de visiteurs qui faut ensuite segmenter pour le requalifier.

  16. Je suis d’accord avec toi! Mais il y a quand meme de mois en mois de Pub et de pop! Avant on pouvait meme pas fermer le site sans avoir 5 pop voir + !

Les commentaires sont fermés.