Attention aux poissons rouges

Say Cheese!
Creative Commons License photo credit: MSVG

D’après la rumeur la mémoire des poissons rouges est de trois secondes.

Vous avez une durée d’attention guère supérieure:

  • Les pages de Google se génèrent en moins d’une seconde pour ne pas perdre les visiteurs.
  • Quand vous visitez une page, vous décidez dans les premières secondes si vous restez ou non.
  • Vous lisez les deux premières phrases d’un texte pour savoir si vous poursuivez la lecture.
  • Vous scannez les mots des phrases pour déterminer si vous voulez la lire.
  • Vous ne regardez que les premières secondes des vidéos YouTube que vos amis vous suggèrent.
  • Chaque jour vous visitez plusieurs dizaines de sites.
  • Vous ne visitez pas de site, vous les survolez.
  • Vous basculez de facebook à Twitter à vos emails à Firefox plusieurs fois en moins de 10 minutes.
  • Vous avez de nombreux sites ouverts dans votre navigateur et vous passez en permanence de l’un à l’autre.

Vos visiteurs, vos prospects, vos clients sont comme vous: ils zappent continuellement.

Comment faites-vous pour capter leur attention ?

PS: il a été démontré que les poissons ont une mémoire de plusieurs heures… Est-ce que cela fait des internautes des êtres moins intelligents que des poissons rouges ?

Articles en relation :

Be Sociable, Share!

30 réponses sur “Attention aux poissons rouges”

  1. Bonjour Maxime

    J’essaye d’utiliser un meilleur appât que les autres pêcheurs, mais je ne crois pas que les internautes soient moins intelligents que des poissons rouges.

    Amicalement

  2. Quel rapport entre mémoire, attention et intelligence? Ça ne fait pas un peu fricassée tout ça?
    Peut-on être intelligent tout en ayant une mémoire moyenne ou sous la moyenne?
    Peut-on avoir une petite mémoire et avoir une attention particulière pour les choses?
    Peut-on être moins intelligent mais pourtant capable d’être captivé par quelque chose pendant un temps suffisant pour encaisser l’information tout en n’ayant qu’une courte mémoire.
    Einstein n’était-il pas reconnu comme distrait et de courte mémoire pour certaines choses et avait une grande capacité de mémoire pour les formules?

  3. La solution à tout ce grand problème n’est-elle pas tout simplement le Copywriting ?

  4. vite, toujours plus vite…
    Je pense que les 2 meilleurs solutions sont : les images, et la hiérarchisation des informations (feuilles de style). Le bouleau d’un graphiste quoi !

  5. Bonjour,
    C’est vrai que les internautes sont très volatil sur Internet. Pour pouvoir capter leur attention, il faut rentre ses pages les plus simples possibles, avec des titres explicites, un petit paragraphe accrocheur… Un visuel qui marque l’esprit est aussi important je pense.
    Enfin, se sont des banalités que je dis là, mais on voit encore trop de sites peu intuitifs.

  6. Je trouve aussi que la comparaison est un peu légère.
    Attention, mémoire et intelligence ne doivent pas être confondus. La mémoire, c’est la capacité d’enregistrer et de conserver de l’information. Un article sur intelligence et mémoire apparaîtra justement sur mon blog à partir de ce mercredi 24 mars.

    En surfant sur le web, il faut pouvoir faire le tri. Car la pollution d’information y est énorme. Si l’on recherche une information précise, il faut donc pouvoir analyser de très nombreux sites afin d’y repérer ce que l’on cherche.
    Etre capable d’analyser une page, en la survolant, pendant que d’autres pages sont en train de se charger, c’est être efficace. Et la mémoire n’est pas du tout un élément requis dans cette étape.

    Nous vivons l’ère de la sur-information. Zapper est une question de survie de nos jours. Sinon, tu serais encore en train de regarder ‘Antenne 2’ et ‘FR3’.

    Par contre, rebondir sur la question ‘comment capter l’attention des poissons rouges’, là ça devient intéressant. 🙂

  7. Et l’effet Coktail party, vous en avez déjà entendu parler ?
    En gros, c’est l’attention sélective qui nous permet de focaliser notre attention et sélectionner les informations que l’on va retirer du web.

  8. Je vous invite à faire 100 sites et faire des liens entre eux ahah
    non plus sérieusement pour capter l’internaute, il faut lui donner directement ce qu’il veut sur la requête afin d’éviter le taux de rebond de 100% !

    perso j’ai tendance à mettre des blocs photos sur ma page… et « planquer le contenu » en dessous des blocs !
    Google ne prend pas ça pour du spam et ça passe 🙂

  9. @ film xxl 18, avec ton argument tu prouves aussi le contraire.
    si nu internaute fait une recherche précise et qu’il tombe directement sur la page qui l’intéresse. il la lit et part taux de rebond = 100%

  10. Pour se rassurer, on va dire que si il zape sans se rappeler, ils peuvent toujours revenir.

    Sinon, deux solutions :
    – Les capter avec du vrai contenu (plus facile à dire qu’à faire)
    – Faire en sorte qu’ils zapent via une publicité (plus facile à faire qu’à dire)

  11. Tout dépend si l’objectif est de capter l’attention du lecteur/visiteur ou qu’il soit captiver par la publicité au point de cliquer dessus 🙂
    Bon week-end !
    Gael

  12. Un bon design flatte l’égo du lecteur et attire son attention, du contenu de qualité le retient. Comme ce site. Un poisson rouge de plus dans le bocal de Maxime !

  13. Intéressant et très drôle de comparaison de l’homme avec le poisson rouge. En fait, la liste que vous donnez à connaître les recherches sur Internet, la navigation et la rapidité avec laquelle ce travail est tout à fait vrai. En fait, je suis de ceux qui les mots scannés avant de lire l’ensemble du texte ne sera pas de perdre quelques secondes de ma vie à lire quelque chose que je ne veux pas haha. Merci beaucoup pour l’édition, vrai et drôle.

  14. il y a un peut de poisson rouge en chacun de nous, l’histoire nous le prouve. Bonne journée et bises amicales, Isabelle.

  15. quand on surfe sans but comme on regarde la tv sans savoir précisement ce qu’on veut, c’est clair qu’on zappe.
    Mais le secret pour que les gens restent, c’est qu’ils aient trouvé la solution à un problème précis, et là il ne zappe pas, ils lisent mais c’est sur que dans le 1er cas, sans intention réelle, les poissons rouges nous battent peut être. lol
    Ceci dit, on, avait tous cette réponse au fond de nous tous, preuve de notre mémoire sélective, non?
    Je ne sais pas si le poisson rouge a lui, une mémoire selective.
    Jean-luc

  16. Je suis d’accord sur le fait que c’est lors des premières secondes que l’on arrive à capter l’attention des internautes.

    Personellement je remarque que la présence d’un slideshow ou d’un éléments visuels à tendance à attirer l’attention des visiteurs et à réduire les taux de rebond

  17. A force de chercher à comprendre l’internaute, on finit par être débordé. Si jamais on y arrive, il faudra lui proposer une offre personnalisée, avec un design réglé au millimètre prés pour lui. Et enfin occuper les premières marches du podium de google. Pourquoi? parce que parait il l’internaute n’a pas le temps de regarder au delà des trois premiers résultats des SERPs.
    Bonne survit à tous dans la jungle internet.

  18. J’ai pas spécialement tout compris pourtant je suis pas un poisson rouge …

    Dans tous les cas on revient au même problème … on fait son site pour l’internaute et pour lui donner ce qu’il cherche ou alors on fait son site pour Google et qu’il nous emmène l’internaute après avoir fait sa recherche ?

    Aie je comprends même plus ce que j’écris moi-même …

  19. Tout dépend de qu’on cherche à pêcher : plein de petits poissons rouges volatiles, ou quelques gros poissons un peu plus évolués ?

  20. Moi je pense que la réponse n’est pas pour demain !
    On ne sait pas exactement l’algo de google, donc déja là, on optimisent avec les données qu’on a mais sans savoir si elles sont si fiables, bien que certaines, on les connait toutes et on en est persuadé mais sans en connaitre le degré d’importance précis dans l’algorythme.

    Ensuite, l’internaute, c’est un autre problème et les 2 Optimisations devraient se complêter pour être Optimale pour l’un et pour l’autre, ce qui me semble pas si simple.

    On est obligé de faire régulièrement des tests et en plus attendre pour voir, ça aussi, c’est plutot chiant car c’est long, et on est jamais sur de rien dans ce monde du SEO et des aléas Humaines.

    et Justement, si le visiteur est aussi compliqué à comprendre pour lui faire faire ce qu’on attend de lui, c’est le mettre au même rang que la femme que l’homme cherche toujours à comprendre sur sa complexité. lol

    Toujours est il que Optimiser pour l’un l’est au dépend de l’autre et vis (vice) et versa.

    mais le compromis doit surement exister, tout au moins s’y rapprocher avec certains ajouts et Optimisations mais celui qui a trouvé la solution ne nous la dira surement pas ! ! !

    Ceci dit quelques réponses ici demandent analyses et tests et sait on jamais ! ! !

    Jean-luc

  21. La pêche est un art ancestrale, capter l’attention des internautes dans leur premières secondes de vulnérabilité l’est tout autant. En plus, les internautes s’adaptent très vite à leur environnement internet et repèrent les appâts de plus en plus loin et de plus en plus tôt…

  22. J’ai bien fait de revenir si loin dans les billets. Ce post est de plus en plus vrai car plusieurs choses expliquées comme le temps de chargement du page sont encore plus vraie avec la prise en compte par Google du temps de chargement de ces mêmes pages dans son algorithme 🙂

Les commentaires sont fermés.