Dites, si c’était vrai

Dites

Dites si c’était vrai

S’il était vraiment possible de monter une société sans avoir besoin de capital

Dites si c’était vrai

Si MySpace FaceBook Twitter apportaient vraiment du trafic et des ventes

Sans devoir y passer de temps

Dites si c’était vrai

Si c’était vrai ce qu’on peut lire sur les forums sur les blogs

Et sur les autres sites

Dites si c’était vrai

Si c’était vrai le coup de l’astuce du jour qui met en haut de Google

Et en haut de Bing

Dites si c’était vrai

Si c’était vrai ce que racontent les consultants lors des salons

Vous savez bien quand ils disent c’est facile quand ils disent tout le monde peut le faire

Si c’était vrai tout cela

Je dirais oui

Oh sûrement je dirais oui

Parce que c’est tellement beau tout cela

Quand on croit que c’est vrai.

(librement inspiré de « Dites si c’était vrai » de Jacques Brel)

Articles en relation :

Be Sociable, Share!

10 thoughts on “Dites, si c’était vrai

  1. Oui moi aussi j’ai cru pendant quelques temps que tout ce que tu ecris Maxime pouvait etre vrai jusqu’au jour ou j’ai bien du me rendre a l’evidence. Tout cela n’est pas vrai. Oh il y a souvent un fond de vérité cependant. C’est ce qui rend le propos credible souvent et qui rend difficile de faire la part des choses. Mais ca devient plus facile avec l’experience et la on se rend compte que ce sera long, compliqué si on a peu de moyens et pas forcement aussi remunerateur qu’espéré…

  2. « je suis parti de rien et je suis arrivé à pas grand chose… je ne dois rien à personne. » issu de ma mémoire des lectures de Pierre Dac…
    Sommes nous dans une société de liberté d’entreprendre ? A première vue, oui… et puis on se lance, je crée et développe la fabrication et la commercialisation de nouveaux produits pour le jardinage et j’ai tenté de le faire sans moyens en sachant que pour chaque nouveau produit les grandes entreprises dépensent des sommes impressionnantes pour leur lancement … Par contre je disposais d’un bon carnet d’adresse et c’est vraiment important.
    C’est vrai qu’avoir une idée, c’est le début d’une drôle d’aventure… et je fais partie de ceux qui ont 100 idées du siècle par an (euh … j’ai pas dû travailler la bonne). Il faut déjà réaliser un premier produit, puis tester soit même ce premier produit… c’est du bon sens, mais persuadés d’avoir trouvé un ticket gagnant du loto, nombre d’inventeurs oublient d’avoir été d’abord utilisateurs de leurs propres produits… Personnellement j’ai choisi la qualité à tous les étages… je teste souvent un produit pendant un an… voire plus…
    Puis il faut arrêter une forme, choisir ce qu’il sera, ce qu’il fera, ce qu’il ne fera pas. A cette étape, permettez moi de vous suggérer la simplicité. C’est ce qu’il y a de plus difficile et ce qui demande le plus d’intelligence et de créativité. Une chose simple devient compliquée à créer, développer et faire vivre. Alors partir de quelque chose de compliqué …
    Protéger son idée… sans capter toutes ses ressources dans des méthodes (officielles) inéfficaces voire financées par des aides…
    Puis faire la première fabrication… et là, là intervient le bon carnet d’adresse. Pour vendre un clou, il y a du monde et ça se bouscule. Pour dire quel clou il faut à tel endroit … il n’y a plus personne ! Je ne vous parle pas de tout ceux, gentls, serviables, qui croient savoir et qui vous font perdre un temps bien précieux…
    Déjà commence à se poser les questions de stratégie… qui seront mes concurrents ? dois-je tenter d’être pas cher ou au contraire dans les produits de qualité ? Comment je vais commercialiser mon produit ? Combien me coûtera la commercialisation ?
    Car vient à cet endroit combien vendre…
    Donc, comment je vais fabriquer …
    Qui va fabriquer ?
    Comment ?
    Ajoutez à cela quelques opinions restrictives de solutions… je fais travailler les gens qui sont autour de moi … j’ai quelques opinions sur l’environnement…
    Alors là commence un deuxième mirage… vendre sur le net…
    J’ai aujourd’hui un site qui est pas trop mal référencé, réalisé avec un applicatif gratuit, mais j’ai l’impression de ne rien maîtriser… de conduire mon site en aveugle …
    Au premier avril dernier, sans qu’aucune étude sur les litiges qui sont nés des prestations ou produits distribués par les autoentrepreneurs ne soit diffusée, il est devenu obligatoire de s’inscrire à la chambre de métiers pour pouvoir devenir autoentrepreneur. Je suis inquiet de ces restrictions justifiées pas la défense des consommateurs. J’ai eu l’impression que l’espace créé par l’autoentreprenariat était une tentative de liberté…
    Bon pour le moment, je suis fier de moi : j’ai créé toute une gamme de produits nouveaux, ils sont commercialisés et … je n’ai pas perdu d’argent ! et je suis riche d’une belle aventure qui, si elle ne remplit pas le porte monnaie a bien rempli ma vie…
    C’est le premier pas qui compte… le problème sur ce chemin, c’est qu’un premier pas en entraîne un autre, puis un autre et encore un autre.
    Alors, à qui le tour ?