Le web perd-il ses liens ?

Une tendance semble se dégager depuis quelques mois sur Internet: de plus en plus de sites de la catégorie journalistique rendent leurs liens non cliquables.

C’est le cas par exemple du site du journal Le Monde. L’article qui annonce l’ouverture du site Vie de Mome comprend une seule mention de l’adresse du site, en fin d’article et cette URL n’est même pas cliquable.

Delicious Saturday Breakfast
Creative Commons License photo credit: alexcovic

D’ailleurs on se demande même si c’est l’adresse du site discuté puisque cette URL est séparée du reste de l’article par une ligne.

Les autres sites mentionnés dans l’article ne bénéficient pas non plus d’un lien. Il faut donc dans tous les cas copier et coller le lien dans le navigateur.

Alors que le Web tel qu’inventé par l’équipe de Tim Berners-Lee avait pour vocation le partage de l’information et la simplicité de mise en relation, le nouveau Web en semble très éloigné.

On va me rétorquer que c’est parce que Le Monde ne veut pas perdre de PageRank et cherche à le canaliser vers ses pages internes. Je répondrai que c’est probablement le cas mais qu’oublier l’expérience utilisateur n’est pas une bonne idée si on veut garder son lectorat.

Est-ce que la différence infime de référencement justifie de rendre le site peu pratique ? Je ne le pense pas.

Articles en relation :

Be Sociable, Share!

16 thoughts on “Le web perd-il ses liens ?

  1. Au dela de l’aspect SEO, l’objectif de beaucoup de sites est de conserver un maximum de temps l’internaute.

    Supprimer les liens externes mais aussi multiplier les liens internes ainsi que les liens entre les sites du même groupe vont dans le sens de cet objectif.

    Tant que cela ne froisse pas plus les internautes cela passe… Toutefois dans l’exemple que tu montres, un lien cliquable rendrait clairement à mon avis l’experience de l’utilisateur plus agréable.

    Pas certain que cela soit purement dans une logique SEO, puisqu’une implémentation du lien cliquable « sans perte » (réelle ou imaginaire cela est un autre débat) est possible (nofollow, redirection, cloaking…).

    A lire sur le blog de Aurélien: 2 vidéos Google : GooglePlex et Chrome

  2. Il n’y a rien d’étonnant que certains, usant de leur position dominante, profitent des faiblesses évidentes de l’algo de Google.

    Il est plus que temps que Google annonce que:
    – il ne tient plus compte de rel= »nofollow » (qui est un fiasco)
    – il indexe les liens non cliquables de la même façon que les liens cliquables

    Le reste est affaire d’algorithme combinant astucieusement intelligence artificielle et intelligence humaine. Je sais que c’est vite dit. 😉

  3. La mayonnaise monte vite.
    Il suffisait de lire dans le bas de l’article « Article paru dans l’édition du 10.05.09. » et de se rappeler que Le Monde est AUSSI un journal papier et que dans le papier le lien en tant que balise n’a toujours pas été découvert.
    Je vais de ce pas demander à Gutemberg ce qu’il pense du nofollow.

  4. Je crois me souvenir que Le Monde utilisait déjà une technique pour cacher ses liens internes aux yeux des utilisateurs (mais pas des moteurs). D’ailleurs je crois que j’avais lu cela sur le site de Martin (1er commentaire ici). Au moins, on peut se dire que ce journal n’est pas largué en terme de SEO et qu’il utilise tout ce qui bouge pour tenter dieu sait quoi.
    En terme pratique pour l’utilisateur, on s’approche plus du papier que du web en effet. Dommage.

    A lire sur le blog de Sylvain: Quelle couleur choisir pour un site Internet ?

  5. Triste réalité en effet. C’est l’essence même du web qui est en péril. Rappelons qu’on parle quand même d’HYPER-text markup language. Et hyper fait opposition à séquentiel, dans ses fondements les plus viscérale le web nous rappel donc qu’on doit nous laisser aller partout …

    A lire sur le blog de degseb: La doyenne du net est décédée

  6. Il est quand même triste de devoir copier/coller un lien pour le visiter. Ont fait en sorte que le web soit plus simple mais certain font le chemin inverse. Dommage pour eux sauf a vouloir rendre captif leur visiteurs et à les dégouter.

  7. On oublie trop souvent, à force de penser au SEO, le visiteur. Et pourtant, surtout dans un domaine aussi concurrentiel que l’info, il ne faut pas grand chose pour celui-ci décide de ne plus visiter un site !

  8. Je suis tout à fait d’accord avec cet article. Dans un de mes derniers articles je parlais de quelques de semblable. La mode en ce moment, c’est la chasse au dofollow, je ne sais pas si ton blog est en nofollow mais au fond je me pose pas la question. Ce qui m’intéresse c’est le contenu. Il faut arrêter d’avoir le nez scothché sur le PR et le linkjuice. Tu cite un site, et bien c’est normal de lui faire un lien. Pour le visiteur c’est un complément d’information.

    Le « a href » est l’essence même du web. L’oublier me scandalise