On ne lit pas en ligne et je le prouve

Nayeli Rangel, mundialista 2011
Creative Commons License photo credit: americanistadechiapas

J’ai une devinette pour vous :

Vous arbitrez un match international de football. La rencontre est retransmise en direct à la télévision et suivie par plus de 7 millions de fans dans un pays et 6 millions dans l’autre.

Au niveau du stade, il y a 80 000 supporters, environ 50% de chaque camp.

Sur le terrain, se trouvent les 22 joueurs. La tenue de la première équipe est composée d’un tee-shirt bleu, d’un short noir et de chaussettes vertes alors que la seconde équipe est équipée d’un maillot rouge, d’un short jaune et de chaussettes jaunes. La photo qui illustre cet article n’est pas de ce match comme vous pouvez le constater au niveau de la couleur du maillot.

Combinés, les joueurs ont plus de 150 ans d’expérience sur les terrains et un peu moins de 500 sélections en équipe nationales.

Sur les 22 joueurs, 3 s’appellent David, 5 se prénomment Chris, 2 Eric et 3 Michael.

Les juges de touche se prénomment Rudy et Stéphane.

Quel est le prénom de l’arbitre ?

Si vous n’êtes pas capable de répondre sans relire ce texte (ou même après l’avoir relu), cela prouve bien que vous ne lisez pas. En ligne, on ne lit pas on survole et on scanne.

Etes-vous conscient de ce que cela signifie pour les pages de votre site ? En tenez-vous compte ?

Articles en relation :

Be Sociable, Share!

129 réponses sur “On ne lit pas en ligne et je le prouve”

  1. Je ne suis pas tout à fait d’accord avec cette démo. En effet nous ne lisons pas sur internet nous scannons les pages. La dessus rien de nouveau.

    Par contre la démonstration permet de démontrer les problèmes de mémoire et d’association que nous avons mais en aucun cas le fait que nous ne lisons pas les pages.

  2. Assez d’accord sur le fait que cela ne prouve pas intégralement le fait que nus ne lisons pas en ligne. Qu’il soit sur internet ou dans un livre, ce problème de lecture en diagonal est le même, c’est vrai, mais c’est plutot un problème de concentration que cela révèle. les gens cherchent une info, vite, immédiate… alors on lit en diagonal, mais surtout on ne retient rien. J’ai pu le vérifier sur un projet ou je parle d’un produit, je donne un lien pour l’acheter, et les commentaires sont : où peut-on l’acheter ? Si ce n’est pas balisé en gros, les gens scannent vite, et oublient. On en revient aux bonnes vieilles règles des titres et inter-titres pour accrocher l’oeil et garder l’attention.

  3. Effectivement nous avons tendance à diagonaliser notre lecture, sans forcement prendre en compte tout les éléments, nous ne gardons que l’essentiel et heureusement sinon notre tête servait pleines de moult information complétement inintéressante… Merci pour cette petite remise au point.

    Bilan: lorsque l’on rédige pour le web, il faut aller à l’essentiel en utilisant des mots clés forts.

  4. Pour ma part, je pense que nous survolons dans un premier temps l’article, ensuite nous nous concentrons vraiment si nous trouvons que le contenu nous interpelle, de plus le point important dans la rédaction d’un article est d’intéresser le visiteur dès les premières lignes, éviter de tourner autours du pot et rentrer directement dans le vif du sujet.

  5. Dans ce texte il n’y aucun gras, aucune mise en avant de tel ou tel mot alors on s’intéresse à peine à quelques mots, aux chiffres car ils ressortent un peu, aux débuts de phrase…

    Un texte, même long (mais pas trop quand même !) mais aéré avec des listes, du gras, différents sous titres sera beaucoup plus lu qu’un simple pavé non travaillé 😉
    Et encore, même dans les textes bien mis en forme on ne lit que les infos… mises en forme lors d’une première lecture et on s’attarde éventuellement ensuite.

  6. En fait il faut se méfier parce-ce-qu’on peut mettre n’importe quoi dans le tecte à nous de trouver les bon mots et de cacher un peu les sujets autre !

    Effectivement, en fin de compte on ne lit que le titre les quelques mots du début et la fin !

  7. Maxime ton analyse est pertinente, moi je suis d’accord avec toi la plupart des internautes ne lisent pas à fond un texte. Alors un rédacteur web a beau écrit son article mais sachez que ce texte est destiné à 80% aux moteurs de recherche. Mais moi j’ai trouvé la réponse à ma première lecture, lol.

  8. Je pense comme certains au dessus que la demonstration n’est pas trés abouti.
    Cependant il est évident que l’internaute est quelqu’un de pressé et que sur une page web, certaines informations attireront plus l’attention du visiteurs que d’autre.
    C’est pour cela qu’il existe des entreprises spécialisés qui propose de faire des tests poussés afin de faire de belles pages web qui fassent ressortir clairement ce que l’on souhaite à ces visiteurs.

  9. L’exemple est peut être pas super bien trouvé mais il est vrai que sur le net, les gens ne lisent pas : ils parcourent rapidement les textes. Dans un certain sens c’est normal vu la quantité d’informations disponibles et la surenchère sur les titres « buzz » mais du coup de très chouettes articles passent à la trappe pour faute de temps ou d’intérêt (malgré eux).

  10. Il est vrai que la lecture linéaire prend beaucoup de temps ; c’est pourquoi la rédaction sur le web est importante, il faut savoir mettre en valeur les chose, essayer de mettre en valeur les mots importants…

  11. Oui c’est vrai qu’on a tendance à survoler de nombreux textes. Cela permet de gagner du temps et de directement localiser les informations que l’on recherche ou qui pourraient nous intéresser.

  12. Pourtant certaines étude indique que nous mettons plus de temps à lire sur les supports numériques. Pour preuve la dernière étude d’ eBookmarket s’est attardée sur le temps de lecture d’un livre en fonction du support sur lequel il est lu. Nous mettrions plus de temps à lire sur un e-reader ou une tablette. Nous lirions en moyenne 6,2% moins vite sur iPad que sur papier et, plus étonnant encore, 10,7% moins vite sur Kindle. cherchez l’erreur !

  13. Pas mal pas mal ! Je trouve que c’est un joli piège, j’avoue avoir hésiter pendant… 30 secondes haha ^^ Et c’est vrai qu’on lie souvent un peu trop vite, merci de le rappeler 😉

  14. Bon ben, je me suis fait avoir… bon honnêtement en voyant le titre de l’article, et les détails dans l’article, j’ai su qu’il fallait lire pour ne pas être piègé 🙂 mais bon un peu flemmard aujourd’hui 🙂

  15. Je suis tout à fait d’accord avec cet article, et j’ajoute même qu’on est presque fier d’avoir lu le contenu d’une page web quelque fois, mais on scanne la plupart du temps tous ce qui passe sous nos yeux.

  16. Bonjour,

    Je me suis aussi fais avoir ! Je n’ai pas vu la réponse.. Il y a tellement de lecture à faire notamment depuis l’évolution du Web que l’être humain a tendance à réaliser un premier survol rapide pour sélectionner ce qui l’intéresse réellement.

  17. Quand l’article commence par « j’ai une devinette pour vous » je deviens tout de suite plus attentif que si c’était un simple fait divers, donc je pense que ta théorie ne s’applique pas dans tous les cas. Et oui j’avais la solution 🙂

  18. @vin bio : c’est très bien vu… Pour autant, s’agissant d’un site internet (ou autre support d’information soucieux de fidéliser un lecteur), l’importance d’un texte clair et cohérent, d’un message lisible sans ambiguïté n’est-il pas nécessaire ?
    Par ailleurs, s’agissant de l’exemple de l’arbitre, le « piège » aurait-il fonctionné sur un site consacré au foot, ou les internautes recherchent une information lié à ce thème, donc sont forcément attentif au contenu véhiculé ?
    Ici, en revanche, l’effet de surprise est quasi inévitable.
    De fait, peut-être faut-il retenir de ce bon exemple que l’information, le message offert, pour être pertinent, doit être en rapport avec le support de diffusion…

Les commentaires sont fermés.