Enfin un concept novateur

aol welcome
Creative Commons License photo credit: kalleboo

La boucle est bouclée.  J’ai maintenant la preuve que la vie n’est qu’un éternel recommencement.

Internet vient de le démontrer de façon irréfutable. Internet en 2010, c’est un peu comme Internet en 1995 mais avec plus de monde connecté. Illustration.

En 2000, un ancien directeur des 3Suisses monte Clust, centrale d’achat. Le site a été revendu un an plus tard à Dealpartners. A la même époque, on voit sur les écrans de télévision la publicité pour letsbuyit, service d’achat groupé avec comme mascotte une fourmi.

Tous ces sites ont disparu ou changé de business model quelques années plus tard, pour devenir comparateurs de prix ou simple site de vente en ligne.

En 2010, prixgroupe.com est lancé. Le concept novateur: l’achat groupé.

En 1990, Compuserve était probablement le plus gros fournisseur d’accès à une plateforme numérique proposant informations, discussions, forums, messagerie, etc… Tout un ensemble de contenus propriétaires et accessibles uniquement aux membres.

En 1993, AOL a lancé un service similaire mais avec une cible différente: le grand public. De nouveaux: informations, discussions, forums, messagerie, etc… Tout un ensemble de contenus propriétaires et accessibles uniquement aux membres. Et bien sûr totalement distinct de Compuserve.

Quelques années plus tard, les deux prestataires ont permi à leurs membres d’accéder à Internet et ont peu à peu mis leurs services à disposition des internautes utilisant d’autres prestataires d’accès.

En 2004, Facebook est créé. Le concept novateur a évolué un peu en quelques années mais peut être résumé à un réseau fermé avec un ensemble de contenus propriétaires et accessibles uniquement aux membres.

Suis-je le seul à remarquer un problème dans ces concepts novateurs ?

Je pourrais aussi citer MySpace avec le concept novateur de page personnelle ou encore Ziki qui est passé du CV en ligne à la place de marché.

Quant à l’évaluation de la valeur d’un site sur son nombre d’utilisateurs non sur son nombre de clients ou ses revenus, je n’en parlerai pas.

Articles en relation :

Be Sociable, Share!

15 thoughts on “Enfin un concept novateur

  1. Bonjour Maxime,

    Cela est Ô combien vrai. C’est d’ailleurs assez amusant de constater que le terme « concept » est toujours affublé de son compagnon qui va bien « novateur ».

    Apparament un concept qui ne serai pas novateur, au pire ne serait pas un concept, au mieux ne serait pas vendeur.

    Abus de langage quand tu nous tients.

    Cdt.

  2. Petite remarque complémentaire.

    Certain sites basent leur modèle économique sur la vente d’espace publicitaire ou sur la revente d’information des utilisateurs ; ou tout le moins dans lequelle ces aspects sot majoritaires. Il est donc normal dans ce cas de figure, de valoriser le trafic et/ou le nombre de membre, et non le nombre de client stricto sensu.

    Cdt.

  3. Je ne suis pas d’accord avec l’éternel recommencement. Pour moi, c’est une évolution, pas un recommencement. Pour l’exemple de facebook, ce n’est pas un remake des forums de discussions. C’est le concept repensé totalement pour amener à l’utilisateur le pouvoir de répandre les informations qu’il souhaite, il est acteur. Ce n’était pas le cas avec AOL, où il utilisait un service, il faisait ce qu’il pouvait, il était ainsi assez passif.

    C’est normal de constater une certaine redondance, tant le progrès est un processus intrinsèquement itératif. A l’époque, on a pas pris une pierre pour en faire un outil, on est passé par des étapes successive qui se ressemblait pour en venir à terme à un objet différent malgré ses ressemblance à l’outil de base. Pour en revenir à nos jours, on ne pouvait pas passer de AOL à Facebook directement.

  4. @Wype: non, je n’ai pas dit que Facebook était un forum de discussion, mais que Facebook est un espace fermé où le contenu est réservé aux membres. En cela il est identique au modèle de Compuserve ou AOL.

    @fredmac: si le modèle économique est la vente de publicités, la valorisation peut se faire sur le CA, non ? Si on n’a pas été capable de vendre les espaces, c’est peut-être qu’il n’y a pas de clients ?

  5. C’est aussi un exemple typique qu’une bonne idée au mauvais moment de vaut rien.

    Letsbuyit n’a pas bien fonctionné certainement car il est arrivé trop tôt, il n’y avait pas assez d’utilisateurs potentiels. Depuis il y a Groupon notamment qui s’est créé selon le même modèle et qui cartonne : combien d’internautes en plus entre temps ? Le profil des utilisateur est-il resté le même pendant ce temps ?

    Les technologies connexes permettent aussi certaines choses qui n’étaient pas possible avant. Par exemple pour Facebook les débuts d’Internet aujourd’hui n’ont rien à voir avec ceux d’il y a 20 ans, des méthodes et des langages de programmation nouveaux permettent aussi certaines fonctionnalités, des usages plus simples, plus rapides, bref ça se démocratise et donc l’adoption est plus grande.

    Et ça c’est vrai dans tous les domaines, pas seulement avec Internet : pour qu’une bonne idée fonctionne, il faut qu’elle soit là au bon moment. Sinon c’est une mauvaise idée.

  6. Rien ne se perd, rien ne se crée, etc.

    Si on arrête la notion de concept à un niveau trop large, alors on peut considérer que tout ce qui sort aujourd’hui n’est qu’une évolution de ce qui existait auparavant.

  7. Je suis partiellement d’accord avec ton article.
    Pour ce qui est du concept « novateur », je dirais plutôt que certains sont arrivés trop tard ou trop tôt. Facebook n’aurait pas fonctionné cinq ans plus tôtcar il n’y avait pas assez de personnes connectées. Il n’aurait pas non plus fonctionné cinq ans après car quelqu’un aurait pris sa place entre temps. Peut-être qu’il était trop tôt pour les achats groupés, qui comme leur nom l’indique, nécessite… Un groupe. Donc beaucoup de personnes connectées.
    Par contre, je suis d’accord sur la question de la valorisation. Pas mal de site sont valorisés de la même manière que pendant la bulle internet. En espérant qu’il n’y en ai pas assez pour que l’on refasse la même chose…

  8. Belle découverte !
    Moi je connais Groupon qui est un site sur l’achat groupé également, mais pour des services.

  9. La valorisation se fait souvent – comme par le passé – sur le potentiel du site internet. C’est le cas de twitter, facebook, et de nombreux autres. La différence avec l’époque de la bulle, c’est que l’on sait mieux estimer le potentiel d’un site.

  10. Je suis assez d’accord avec toi sur le fait de reprendre des vieilles idées.
    Le facetime (visio de l’iphone) est annoncé comme une révolution… orange l’a sortie il y a 3-4 ans déjà.

    En fait ce qui change s’appel les externalités de réseaux. Plus il y a d’utilisateurs, plus l’utilisation du service est intéressant…. et c’est ce qui arrive avec FB (entre autres).

    Donc je pense plutôt que ces idées étaient trop novatrices à l’époque de leur sortie et que le marché n’était pas mur.

  11. L’internet comme la vie n’est qu’un eternel recommencement,et internet n’échappe pas aussi aux concept de la mode , peut être bien que FB dans 2 ans sera has been,
    ou un nouvel outil encore plus novateur le remplacera
    souvenez vous de second life
    meme les partis politiques voulaient acheter des espaces virtuels et maintenant plus personne en parle

    il ne faut jurer de rien comme twitter
    pour parler de twitter , je trouve que trop d’info tue l’info, on passe tellement de temps sur cet « outil » que l’on oublie le reste à la fin d ela journée on a twitté mais on a pas écrit d’article ou travaillé

    bof bof
    :)

  12. Bonjour à tous,

    L’éternel recommencement est bien en place ^^ C’est la vie.

    Par contre changer de direction encours de route ( comme pas mal d’entreprise font ) résulte certainement d’un nouveau besoin, soit financier, soit d’acquérir de nouveaux client dans un domaine similaires ou légèrement différents.

    Apres il faut bien évidemment voir ce que ca donne mais en règles général, ca passe plus ou moins bien avec une bonne campagne marketing.

    Isn’t it ?

  13. Je rebondis sur l’histoire de Letsbuyit qui était un bon concept mais qui a subit également l’éclatement de la bulle internet à la bourse et a vu son action (j’en avais) dégringoler. Leurs maintient dépendait peut être également des rentrées financières liées à la montée de l’action d’ou une question. Ne voit on pas des concepts resurgir 10 ans après leurs échecs après 2002 ?